Aller au contenu principal

DIANE 35



Acétate de cyprotérone - Ethinylestradiol.


IDENTIFICATION DU MEDICAMENT

FORMES ET PRÉSENTATIONS

Comprimés enrobés
Boîte de 21. (Plaquettes thermoformées en PVC/ aluminium)

COMPOSITION
Principes actifs : 2mg d'acétate de cyprotérone et 35 μg d'éthinylestradiol. 

Autres constituants :
- Noyau : lactose mono hydraté, amidon de maïs, Poly 1-vinyl-2-pyrrol/done, talc, stéarate de magnésium
- Enrobage : saccharose ,Poly 1-vinyl-2-pyrrolidone, Macrogol 6000, Carbonate de calcium,Talc, Glycérol 85 % , Dioxyde de titane (IV), E 171, Dioxyde de titane (IV), E 171, Hydroxyde de fer, E 172, Mélange Cire E constitué d'acides alcaniques (C16-C36), mono, di-alcanoate (C16-C36) d'éthylène glycol, alcanoate (C16-C36) d'alkyl (C22-C34), paraffine (C22-C50).

CLASSE PHAMACOTHERAPEUTIQUE
Antiandrogènes et estrogènes.

INDICATIONS

Manifestations d'androgénisation chez la femme, nécessitant un traitement hormonal :
- Acné, formes prononcées s'accompagnant d'inflammations ou de nodules (acné papulopustuleuse, acné nodulokystique) ou comportant un risque de cicatrices, c.-à-d. lorsque le seul traitement local ne permet pas de s'attendre à un succès. Le traitement hormonal doit être évalué par rapport à une antibiothérapie systémique.

- Formes légères d'hirsutisme.

- Alopécie androgénique.
Remarque :Bien que Diane-35 ait aussi un effet contraceptif, il ne doit pas être utilisé à des fins exclusivement contraceptives, mais seulement chez les femmes nécessitant un traitement pour les affections androgéno-dépendantes sus-décrites (voir : chapitres « Contre-indications » et « Effets indésirables ». \
Concernant la durée du traitement, voir chapitre « Posologie et mode d'administration »), On peut s'attendre dans presque tous les cas à une disparition complète de l'acné, souvent en l'espace de quelques mois. Dans les cas particulièrement difficiles, un traitement plus prolongé peut toutefois s'avérer nécessaire jusqu'à ce que le succès soit complet. Il est recommandé d'arrêter le traitement 3 à 4 cycles après la disparition complète des symptômes et de ne pas poursuivre l'utilisation de Diane-35 à des fins exclusivement contraceptives. Le traitement par Diane-35 peut être repris si les affections androgéno-dépendantes réapparaissent.

POSOLOGIE ET MODE D'ADMINISTRATION

POSOLOGIE

Diane-35 inhibe l'ovulation et a donc un effet contraceptif. Les patientes utilisant Diane-35 ne doivent donc pas utiliser de contraceptif hormonal supplémentaire car ceci entraînerait un surdosage hormonal et est inutile pour obtenir une protection anticonceptionnelle efficace. Pour la même raison, les femmes désirant une grossesse ne doivent pas utiliser Diane-35. Diane-35 doit être pris régulièrement pour développer un effet thérapeutique suffisant et une action contraceptive efficace.

MODE D'ADMINISTRATION

Les comprimés doivent être pris dans l'ordre indiqué sur la plaquette thermoformée, tous les jours environ à la même heure, avec un peu de liquide si nécessaire. Un comprimé doit être pris chaque jour pendant 21 jours successifs. La plaquette suivante doit être commencée après une pause de 7 jours. Pendant ces 7 jours survient généralement une hémorragie de privation qui débute normalement 2 à 3 jours après la prise du dernier comprimé et peut ne pas être terminée avant le début de la plaquette suivante.
La protection contraceptive commence le premier jour de la prise et se poursuit aussi pendant la pause de 7 jours. Il ne faut donc pas utiliser simultanément de contraceptifs hormonaux.
Durée du traitement : 
- La durée du traitement dépend de la sévérité des manifestations d'androgénisation et de leur réponse au traitement. En général, un traitement de plusieurs mois est nécessaire.
- L'acné et la séborrhée requièrent habituellement un traitement plus court que l'hirsutisme et l'alopécie. Il est recommandé d'arrêter le traitement 3 à 4 cycles après la disparition complète des symptômes.

- Conduite à tenir en cas de saignements intermenstruels : En cas de saignements intermenstruels, la prise de Diane-35 doit absolument être poursuivie. Les petites pertes sanglantes (spotting) cessent le plus souvent spontanément ou peuvent être supprimées - tout comme les saignements intermenstruels ayant l'intensité d'une menstruation (métrorragies) - par l'administration supplémentaire de 25 - 50 μg d'éthinylestradiol par jour pendant 4 à 5 jours (toutefois pas au-delà de la prise du dernier comprimé d'une plaquette de Diane-35). Si les métrorragies ne cessent pas ou se répètent, il est alors indiqué de procéder à un examen approfondi comportant un curetage afin d'exclure l'éventualité d'une affection organique. Il en est de même en cas de spotting qui se répète plusieurs cycles de suite à intervalles irréguliers ou qui se manifeste pour la première fois après une utilisation prolongée de Diane-35. Dans ces cas, les saignements sont dus le plus souvent à des altérations organiques et non à la préparation.

- Conduite à tenir en cas de vomissements ou de diarrhée sévère : Des vomissements ou une diarrhée sévère peuvent entraîner une absorption incomplète des substances actives. D'autres méthodes contraceptives supplémentaires doivent être utilisées.

CONTRE-INDICATIONS

Les préparations contenant une association estrogèno-progestative ne doivent pas être utilisées en présence d'une des situations suivantes.

- Si l'une d'entre elles devait apparaître pour la première fois pendant la prise, la préparation doit être arrêtée immédiatement.

- Antécédents personnels ou familiaux de thromboembolie veineuse idiopathique connue (TEV) ,

- Présence ou antécédents d'événement thrombotique/thromboembolique veineux (p. ex. thrombose veineuse profonde, embolie pulmonaire

- Présence ou antécédents d'événement thrombotique/thromboembolique artériel (p. ex angine du myocarde) ou présence ou antécédents de prodromes d'une thrombose (p.ex. angine de poitrine et accidents ischémiques transitoires)

- Ainsi qu'états prédisposant à des événements thrombotiques ou emboliques (p. ex. déficiences du système de la coagulation avec tendance aux thromboses, certaines cardiopathies),

- Présence ou antécédents d'accident vasculaire cérébral

- L'existence d'un facteur de risque grave ou de facteurs de risque multiples de thromboses veineuses ou artérielles peut également constituer une contre-indicatication (voir rubrique « Mises en gardes spéciales et précautions d'emploi »),

- Diabète sucré avec altérations vasculaires, 

- Drépanocytose,

- Formes sévères d'hypertension,

- Présence ou antécédents de pancreatite s'accompagnant d'une hypertriglycéridémie sévère et/ou d'autres troubles du métabolisme lipidique,

- Présence ou antécédents de troubles sévères de la fonction hépatique

- Présence ou antécédents de tumeurs hépatiques (bénignes ou malignes),

- Hémorragies vaginales non élucidées,

- Migraine avec troubles neurologiques focaux dans l'anamnèse,

- Tabagisme (voir rubrique « Mises en garde »),

- Affections malignes, connues ou suspectées, des organes génitaux ou des seins, si elles sont hormonodépendantes,

- Ictère gravidique idiopathique, prurit gravidique sévère ou antécédent d'herpès gravidique, otosclérose aggravée lors de
grossesses antérieures,

- Existence d'un désir de grossesse, grossesse, allaitement,

- Hypersensibilité à l'une des substances actives ou à l'un des excipients de Diane-35.
- Diane-35 ne doit pas être utilisé par les hommes.

MISES EN GARDE et PRÉCAUTIONS D'EMPLOI

Diane-35 a une composition similaire à celle des contraceptifs oraux combinés (COC). Les mises en gardes suivantes relatives aux COC s'appliquent donc aussi à Diane-35.

Une surveillance médicale étroite est nécessaire dans les cas suivants : Diabète sucré, hypertension artérielle, maladie variqueuse, phlébite, otosclérose, sclérose en plaques, épilepsie, chorée de Sydenham, porphyrie ou tétanie latente, tumeur bénigne de l'utérus, endométriose ou mastopathie.

CONDUITE ET UTILISATION DE MACHINES
Aucun effet sur l'aptitude à conduire des véhicules ou à utiliser des machines n'a été observé

EN CAS D'OUBLI

Si l'oubli d'un comprimé de Diane-35 est constaté dans les 12 heures qui suivent l'heure habituelle de prise, la patiente devra prendre le comprimé oublié immédiatement. Les comprimés suivants seront à nouveau pris à l'heure habituelle. La protection contraceptive n'est alors pas diminuée. Si l'oubli est constaté plus de 12 heures après l'heure habituelle de prise, la protection contraceptive n'est plus fiable.

En cas d'oubli de comprimés. : faut tenir compte des deux principes de base suivants :
1. La prise du contraceptif ne doit pas être interrompue pendant plus de 7 jours.
2. Il est nécessaire de prendre des comprimés pendant 7 jours pour obtenir une protection contraceptive suffisante, c.-à-d. pour obtenir une suppression adéquate de l'axe hypothalamo-hypophyso-ovarien.

INTERACTIONS

Des interactions entre les préparations estrogéno-progestatives telles que Diane-35 et d'autres médicaments peuvent provoquer des métrorragies et/ou un échec de la contraception.

Différentes substances telles que : barbituriques, rifampicine, antiépileptiques (barbéxaclone, carbamazépine, phénytoïne, primidone) et éventuellement aussi l'oxcarbazépine, le topiramate, le felbamate, le ritonavir, la griséofulvine et les médicaments contenant du millepertuis (Hypericum) accélèrent le métabolisme des hormones sexuelles (diminution éventuelle de l'action). Diane-35 peut perturber le métabolisme d'autres médicaments et ainsi modifier leurs concentrations plasmatiques et tissulaires (p. ex. ciclosporine).
Les femmes sous contraceptifs oraux combinés qui sont traitées par un médicament des classes de substances mentionnées ci-dessus devront utiliser, en plus du contraceptif oral combiné, des méthodes barrière pendant la durée de l'administration de la médication associée et les 28 jours suivant son arrêt. Une diminution des concentrations de substances actives, due à une modification de la flore intestinale, a aussi été observée lors de la prise simultanée de certains antibiotiques (p. ex. pénicillines et tétracyclines). Une incidence accrue de métrorragies et des cas isolés de grossesses ont été enregistrés.
Les femmes traitées par un antibiotique doivent également utiliser une méthode barrière supplémentaire pendant la durée de l'administration de la médication associée et les 7 jours suivant son arrêt. Si l'utilisation d'une méthode barrière supplémentaire se poursuit au-delà de la fin de la plaquette, la plaquette suivante de Diane-35 doit être commencée immédiatement sans observer l'interruption de 7 jours. Les besoins en antidiabétiques peuvent être modifiés suite à une altération de la tolérance au glucose.

GROSSESSE et ALLAITEMENT

Il faut exclure une grossesse. Diane-35 est contre-indiqué pendant la grossesse et l'allaitement.

EFFETS INDÉSIRABLES

- II existe un risque accru de thromboembolies veineuses et artérielles (p. ex. thromboses veineuses, embolies pulmonaires, attaque cérébrale, infarctus du myocarde) pour toutes les femmes qui utilisent Diane-35. Ce risque peut encore être augmenté par des facteurs supplémentaires (tabagisme, hypertension, trouble de la coagulation sanguine ou du métabolisme lipidique, surpoids important, varices, antécédents de phlébites et de thromboses),

- Les femmes présentant une hypertriglycéridémie ou des antécédents familiaux d'hypertriglycéridémie peuvent avoir un risque accru de pancreatite pendant la prise de contraceptifs oraux combinés.

- La survenue de troubles aigus ou chroniques de la fonction hépatique impose l'interruption du contraceptif oral combiné jusqu'à ce que les paramètres hépatiques soient revenus à la normale.

- La récidive d'un ictère cholestatique et/ou d'un prurit cholestatique survenu lors d'une grossesse antérieure ou pendant une utilisation antérieure d'hormones sexuelles stéroïdiennes impose également l'arrêt des contraceptifs oraux combinés. Bien que les contraceptifs oraux combinés puissent altérer la résistance périphérique à l'insuline et la tolérance au glucose, rien n'indique qu'il faille modifier la posologie chez les diabétiques utilisant des contraceptifs oraux combinés.

- Les diabétiques devront cependant être surveillées étroitement, surtout au début de l'utilisation d'un tel médicament.

- L'aggravation d'une dépression endogène, d'une épilepsie, d'une maladie de Crohn et d'une colite ulcéreuse a également été rapportée lors de l'utilisation de contraceptifs oraux combinés.

- Des chloasmas peuvent survenir peu fréquemment, surtout chez des femmes ayant des antécédents de chloasma gravidique. Les femmes présentant une telle prédisposition ne devront donc pas s'exposer directement au soleil et aux rayons UV pendant la prise de contraceptifs oraux combinés.

- Une aggravation importante et récente des symptômes chez les femmes souffrant d'hirsutisme impose d'en rechercher la cause par un diagnostic différentiel (tumeur sécrétant des androgènes, troubles des enzymes des corticosurrénales.

Voir aussi:

The subscriber's email address.