Aller au contenu principal

DELAPRIDE



Delapril + Indapamide.

IDENTIFICATION DU MEDICAMENT

FORMES ET PRÉSENTATIONS

Boite de 28 comprimés par voie orale.

COMPOSITION
un comprimé contient :
Principes actifs :
Delapril....................................................................... mg 30;
Indapamide........................................................................ mg 2.5.
Excipients : lactose hydroxyropylcellulose à faible degré de substitution, Hydroxyropylcellulose, stéarate de magnésium.

CLASSE PHAMACOTHERAPEUTIQUE
Antihypertenseur (combination de IEC et diurétique).

INDICATIONS

Traitement de l'hypertension artérielle chez les patients où l'association de delapril et d'indapamide est indiquée.

POSOLOGIE ET MODE D'ADMINISTRATION

POSOLOGIE

La posologie habituelle est d'un demi-comprimé par jour à administrer de préférence le matin. La majorité des patients avec hypertension artérielle de légère à modérée obtient un contrôle adéquat de la pression avec cette posologie.
Si, après 2 - 4 semaines, l'effet antihypertenseur est insuffisant, il est recommandé d'augmenter la posologie en administrant un comprimé. Cette dose peut être indiquée aussi au début de la thérapie, chez les patients avec hypertension modérée (PAD > 105 mmHg).
A pression artérielle stabilisée, il est possible de maintenir un contrôle de la pression satisfaisant avec la posologie standard.
Chez les patients avec une hypertension "limite" (PAD = 90-95 mmHg), on peut proposer l'administration d'un demi-comprimé.
Chez les patients en traitement par diurétiques, il est important de suspendre le diurétique quelques jours avant la prise de DELAPRIDE.
Insuffisance rénale : étant donné qu'en présence d'insuffisance rénale, on observe une diminution de l'excrétion de delapril, la posologie doit être ajustée chez les patients avec un taux sérique de créatinine > 3 mg/dl ; Il est recommandé d'utiliser au départ une faible dose et d'ajuster soigneusement la dose en fonction de l'effet (ex. : un demi-comprimé).
Patients âgés : chez les patients âgés, considérant la compromission physiologique de la fonctionnalité rénale, il est recommandé de ne pas dépasser la posologie standard (d'un demi-comprimé).

MODE D'ADMINISTRATION

Pour éviter l'utilisation accidentelle de la part des enfants, le flacon est muni d'une capsule à ouverture rationnelle et non instinctive. Il faut donc :
A) pour ouvrir : presser et tourner simultanément.
B) pour fermer : visser à fond en pressant.

CONTRE-INDICATIONS

- Hypersensibilité connue au delapril, à l'indapamide et autres Inhibiteurs de l'enzyme de conversion de l'angiotensine (IEC) ou autres dérivés sulfamidés.

- Grave insuffisance hépatique et rénale, anurie. Sténose mono ou bilatérale de l'artère rénale.

- Accidents cérébrovasculaires récents.

- Phéochromocytome et syndrome de Conn.

- Grossesse et allaitement.

- oedème angioneurotique

- Antécédent d'hypokaliémie et hyponatrémie réfractaire.

MISES EN GARDE et PRÉCAUTIONS D'EMPLOI

PRÉCAUTIONS D'EMPLOI
- Angio-oedème : avec la prise d'inhibiteurs de l'enzyme de conversion de l'angiotensine, des cas d'angio-eedèmes ont été signalés, notamment dès les premières administrations. Dans ces cas, la thérapie doit être immédiatement suspendue et le patient doit être traité de manière appropriée et gardé sous contrôle médical strict tant que l'oedème ne disparaît pas. Quand l'oedème se limite au visage et aux lèvres, la condition du patient se résout généralement sans traitement; les antihistaminiques sont toutefois utiles au soulagement des symptômes. Un angio-oedème du larynx peut être fatal et il est par conséquent nécessaire d'adopter un traitement d'urgence comme une injection sous-cutanée d'une solution 1:1000 d'adrénaline (0,3 - 0,5 ml). Le médecin doit donc avertir les patients de signaler immédiatement le moindre signe ou symptôme d'angio-oedème (gonflement du visage, des yeux, des lèvres, de la langue, stridor du larynx, difficulté de respiration) et de ne plus prendre le médicament avant d'avoir consulté le médein.
- Toux : au cours du traitement par IEC, une toux sèche peut survenir qui disparaît avec l'interruption.
- Hypotension : comme pour les autres IEC, une chute brutale de la pression artérielle peut parfois survenir dans le traitement par delapril, en particulier, dans certaines catégories de patients à risque, tels que les patients souffrant d'insuffisance cardiaque congestive, d'hypertension rénovasculaire en dialyse rénale, en déplétion saline et/ou hydrique marquée quelle qu'en soit l'origine (ex: thérapie diurétique intensive). En cas d'hypotension, le patient doit être placé en position couchée. Un remplissage volémique peut être nécessaire (solution saline par voie intraveineuse). Chez ces patients, avant de commencer la thérapie avec le produit, Il est prudent de suspendre la thérapie diurétique ou effectuer un traitement de réhydratation.
- Altération de la fonction rénale : Dans le traitement par IEC, les patients avec une insuffisance cardiaque congestive, hypertension rénovasculaire et en déplétion hydrique ou saline marqée, ont un risque majoré de développer des signes de dysfonctionnement rénal (augmentation de la créatinine, de l'azote uréique et du potassium sérique; protéinurie; altérations du volume urinaire) et, rarement, d'insuffisance rénale aiguë.
DELAPRIDE est notamment contre-indiqué dans les cas de sténoses uni ou bilatérale de l'artère rénale. Une augmentation légère d'azote uréique et de la créatininémie sont possibles occasionnellement, y compris chez les patients avec une bonne fonctionnalité rénale. Bien que cette éventualité n'a pas été démontrée avec delapril, si de tels cas devaient se manifester, il est recommandé de réduire le dosage ou de suspendre l'administration.

- Fonctionnalité hépatique : étant donné que delapril se transforme dans les formes actives au niveau hépatique, chez les sujets avec insuffisance hépatique sévère, cette conversion peut être ralentie. Dans de telles occasions, il est recommandé d'observer la réponse du patient en fonction de la dose adaptée. Toutefois, DELAPRIDE doit être utilisé avec prudence chez les patients avec une fonctionnalité hépatique réduite étant donné que des altérations du bilan hydroélectrolytique peuvent provoquer un coma hépatique.
- Déséquilibres électrolytiques : dans le traitement par IEC, la présence des conditions suivantes peut déterminer un risque majeur d'hyperkaliémie : insuffisance rénale, suppléments de potassium et/ou substituts salins contenant du potassium. D'autre part, le traitement par indapamide peut déterminer une réduction de la kaliémie chez les sujets âgés, chez les patients en restriction diététique en cas de vomissements et diarrhées persistantes, chez les sujets atteints d'affections hépato-rénales. Des contrôles périodiques du cadre électrolytique doivent être effectués au cours de la thérapie avec indapamide, une augmentation légère de la calcémie étant possible.
- Chirurgle-anesthésie : les IEC peuvent augmenter les effets hypotenseurs des substances anesthésiques. L'hypotension qui se manifeste dans ces cas peut être corrigée par un remplissage volémique, en réhydratant le patient par vole parentérale.
- Neutropénie/agranulocytose : le traitement par d'autres IEC est associé, rarement, à agranulocytoses et dépressions médullaires, notamment chez les patients avec insuffisance rénale et/ou collagénose associée. Bien que cette éventualité ne s'est jamais vérifiée avec delapril, il est recommandé d'effectuer des contrôles périodiques des globules blancs chez les patients avec insuffisance rénale et/ou collagénose ou en traitement par des médicaments de la famille des corticoïdes.
- Pédiatrie : Comme on ne dispose pas de données suffisantes pour confirmer la sécurité et l'efficacité de delapril chez l'enfant, il est recommandé de ne pas l'administrer dans ce cas.
- Paramètres hématochimiques : Bien que l'indapamide ne modifie pas de manière significative 'uricémie et la glycémie, il est recommande de surveiller périodiquement ces données au cours de la thérapie.

- Patients dialyses : chez les patients traités par IEC, on observe des réactions anaphylactoïdes à l'hémodialyse par membranes à haute perméabilité au polyacrylonitrile (AN69). Il est donc recommandé de ne pas utiliser ces membranes chez ces patients Hypersensibilité : la survenue de réactions d'hypersensibilité est possible chez les patients soutirant d'allergie ou d'asthme bronchique.

CONDUITE ET UTILISATION DE MACHINES
Etant donné que des sensations vertigineuses, attribuables à l'effet antihypertenseur du produit, peuvent se manifester, les patients doivent être particulièrement vigilants s'ils doivent utiliser des machines.


INTERACTIONS

+ Anti-acides : l'administration conjointe d'anti-acides peut réduire légèrement l'absorption intestinale de delapril Potassium et diurétiques épargneurs de potassium : le traitement par delapril peut réduire la perte de potassium provoquée par l'indapamide L'effet hypokaliémique de l'indapamide peut être augmenté par les corticoïdes, l'hormone adrénocorticotrope (ACTH), l'amaholéricine et le carbénoxolone. Les effets collatéraux, comme l'hypokaliémie ou l'hypomagnésémie, favorisent la survenue d'arythmies cardiaques induites par digitale. Les diurétiques épargneurs de potassium (spironolactone. amiloride, triamtérène et autres) eu l'administration de sels de potassium peut taire augmenter le risque d'hyperkaliémie C'est pourquoi, l'emploi de ces médicaments, si requis, doit être pratiqué avec prudence et les taux de potassium dans le sang contrôlés fréquemment.
+ Lithium : chez les patients en traitement par IEC et lithium, on observe une augmentation des taux de lithium dans le sang et des symptômes d'Intoxication au lithium. C'est pourquoi, l'administration concomitante des deux médicaments devrait être faite avec prudence et le taux de lithium dans le sang contrôlé fréquemment. L'administration concomitante d'indapamide peut accroître la toxicité du lithium, étant donné que sa clairance rénale diminue.
+ Hypoglycémiants : l'administration concomitante d'IEC et de médicaments antidiabétiques (hypoglycémiants oraux ou Insuline) peut provoquer une augmentation de l'effet hypoglycémiant de ces derniers, avec un risque majoré d'hypoglycémie, surtout pendant les premières semaines de traitement conjoint et chez les patients Insuffisants rénaux.
+ Autres médicaments : Il est recommandé d'administrer de l'indapamide avec prudence chez les patients en traitement par digitale ou cortisone et chez les sujets en traitement chronique par laxatifs.
+ Alcool, barbituriques, narcotiques : risque majoré d'hypotension orthostatique. L'effet hypotenseur de l'indapamide peut augmenter chez les sympathectomisés avec une possible diminution du potentiel de réaction aux agents vasoconstricteurs comme la noradrénaline.
Comme avec d'autres IEC, chez certains patients, les médicaments anti-inflammatoires non stéroïdiens pourraient réduire l'effet antihypertenseur du produit.
Une thérapie concomitante avec un autre antihypertenseur pourrait provoquer la survenue d'effets additifs.

EFFETS INDÉSIRABLES

Les effets collatéraux les plus fréquents sont sensations vertigineuses ou vertiges, céphalée, asthénie, toux, épigastralgie, vomissement, éruptions cutanées, prurit.
On observe sporadiquement une augmentation de la CPK et de la LDH. Avec l'emploi Individuel d'IEC ou indapamide, on signale d'autres réactions au niveau du :

 Système cardiovasculaire : la survenue d'hypotension, au début du traitement et à l'occasion d'une augmentation de la posologie, est possible. Rarement, on observe une hypotension symptomatique, accompagnée de sensations de vertige, fatigue et nausée chez les sujets avec hypovolémie grave et en déplétion saline, dialyses ou atteints d'une Insuffisance cardiaque congestive grave (voir "Précautions particulières d'emploi"). Rarement, on observe des syncopes.

 Système rénal : chez certains patients, le traitement par IEC peut compromettre la fonction rénale (voir "Précautions particulières d'emploi").
• Système gastro-intestinal et foie : dans des cas extrêmement rares, on observe une altération du goût, augmentation des enzymes hépatiques et de la bilirubine.

• Réactions allergiques : réactions d'hypersensibilité accompagnées de prurit, éruptions cutanées et, parfois, fièvre, qui sont toute fois réversibles avec la suspension de la thérapie. Dans de rares cas, au cours du traitement par IEC, un oedème angioneurotique peut se manifester (voir "Précautions particulières d'emploi").
• Réactions neurologiques : insomnie, nervosité, somnolence et paresthésie. D'autres effets secondaires possibles sont dyspnée, hyperhidrose, crampes musculaires. On peut également observer des altérations des paramètres cliniques de laboratoire, comme l'augmentation de l'azote uréique et de la créatininémie, surtout chez les patients avec insuffisance rénale ou préalablement traités par diurétiques (voir "Précautions particulières d'emploi").

Puisque le traitement par IEC entraîne une diminution de la sécrétion d'aldostérone, une augmentation de la kaliémie peut se manifester.
Parmi les facteurs de risque de développement d'hyperkaliémie, on considère l'insuffisance rénale, le diabète sucré et l'emploi concomitant de diurétiques épargneurs de potassium et/ou la prise de potassium.

Après l'administration d'indapamide, des modifications de l'équilibre hydrosalin sont signalées, notamment hypokaliémie.

D'autre part, la perte de potassium qui peut survenir dans le traitement par indapamide tend à être compensée par l'administration conjointe de delapril.

Voir aussi:

The subscriber's email address.