Aller au contenu principal

AZIX



 

Azithromycine.

IDENTIFICATION DU MEDICAMENT

FORMES ET PRÉSENTATIONS
Comprimé pellicule sécable : boite de 3 comprimés sous plaquette thermoformée.

COMPOSITION  
Azithromycine (sous forme d'azithromycine dihydrate : 524 mg) : 500 mg.
Excipients : Noyau : phosphate de calcium anhydre dibasique, amidon de maïs prégélatinisé, amidon glycoiate de sodium, stéarate de magnésium.
Enrobage : opadray y-1-7000 blanc.

CLASSE PHAMACOTHERAPEUTIQUE
Antibactériens à usage systémique, macro!ides.

INDICATIONS

Elles sont limitées aux infections dues aux germes définis comme sensibles :
- Infections du tractus respiratoire supérieur : amygdalite, pharyngite, sinusite et otite moyenne.
- Infections du tractus respiratoire inférieur : bronchite et pneumonie.
- Infections stomatologiques
- Infections de la peau et des tissus mous.

POSOLOGIE ET MODE D'ADMINISTRATION


POSOLOGIE
Pour le traitement des infections respiratoires hautes et basses, des infections cutanées et des tissus mous et des infections stomatologiques, la posologie est de 500 mg (soit 1 cp) en une seule prise x 3 jours.
Chez les personnes âgées, les malades présentant une insuffisance rénale légère à modérée, il n'est pas nécessaire d'ajuster la posologie.

MODE D'ADMINISTRATION
Les comprimés peuvent être pris pendant ou en dehors des repas en prise unique journalière.

CONTRE-INDICATIONS

• Absolues :
- Antécédents de réaction allergique à l'azithromycine ou à tout autre macrolide.
- Alcaloïdes de l'ergot de seigle (dihydroergotamine, ergotamine), cisapride.
• Relatives :
- Agonistes dopaminergiques (bromocriptine, cabergoline, pergolide). 

MISES EN GARDE et PRÉCAUTIONS D'EMPLOI

- Il n'est pas utile d'ajuster la posologie chez les patients atteints d'une insuffisance rénale légère (clairance de la créatinine > 40 ml/min).
- Chez les patients avec une insuffisance hépatique moyenne (classe A) à modérée (classe B), aucun ajustement de la posologie n'est recommandé. Cependant, la prescription d'azithromycine n'est pas recommandée chez les patients avec une insuffisance hépatique importante ni chez les patients atteints de cholestase sévère.
- Comme avec l'érythromycine et d'autres macrolides, de rares réactions allergiques graves à type d'oedème de Quincke et de réaction anaphylactique ont été rapportées.
- La possibilité d'une récurrence des manifestations après l'arrêt du traitement symptomatique nécessite la prolongation de a surveillance et éventuellement du traitement.

INTERACTIONS

• Associations contre-indiquées :
+ Alcaloïdes de l'ergot de seigle (dihydroergotamine. ergotamine): ergotisme avec possibilité de nécrose des extrémités.
+ Cisapride : risque majoré de troubles du rythme ventriculaire, notamment de torsades ce pointes.
• Association déconseillée :
+ Agonistes dopaminergiques (bromocriptine, cabergoline, pergolide) : augmentation des concentrations plasmatiques de l'agoniste dopaminergique avec accroissement possible de son activité ou apparition de signes de surdosage.
• Associations nécessitant des précautions d'emploi :
+ Anticoagulants oraux : augmentation de l'effet de l'anticoagulant oral et du risque hémorragique. Contrôle plus fréquent de l'INR. Adaptation éventuelle de la posologie de l'anticoagulant oral pendant le traitement par le macrolide et après son arrêt.

GROSSESSE et ALLAITEMENT

L'innocuité de l'azithromycine chez la femme enceinte ou qui allaite n'ayant pas été établie, la prescription ne sera effectuée que si les bénéfices attendus apparaissent supérieurs aux risques encourus.

EFFETS INDESIRABLES

- Manifestations allergiques et cutanées: rash, photosensibilité, arthralgies, urticaire, rarement oedème de Quincke, réactions anaphylactiques. De rares cas de réactions cutanées sévères ont été rapportés.
- Manifestations gastro-intestinales : nausées, vomissements, dyspepsie, diarrhée (rarement sévère; douleurs abdominales, de rares cas de colites pseudo-membraneuses ont été rapportés.
- Manifestations hépatiques : augmentation des transaminases, réversible à l'arrêt du traitement. Rares cas de nécrose hépatique et d'insuffisance hépatique ayant rarement engagé le pronostic vital. Cependant aucun lien de causalité n'a pu être établi. Des cas isolés d'hépatite cholestatique ont été rapportés.
- Manifestations neurologiques : sensations vertigineuses. De rares cas de convulsions ont été rapportés.
- Manifestations hématologiques : des cas isolés de thrornbocytopénie ont été rapportés.
- Manifestations psychiatriques : de rares cas de comportement agressif, nervosité, agitation et anxiété ont été rapportés.
- Manifestations génitales : vaginite.
- Manifestations auditives : de rares cas de troubles de l'audition avec acouphène ou surdité ont été rapportés.
- Manifestations générales : candidoses.

SURDOSAGE

Il n' existe pas de données à ce sujet.
Conduite à tenir : lavage gastrique et traitement symptomatique.

PHARMACODYNAMIE

L' azithromycine est la première molécule de la classe des antibiotiques des azalides (famille des macrolides). L'azithromycine agit en inhibant ta synthèse des protéines bactériennes en se liant à la partie 50s du ribosome et en empêchant la translocation peptidique.
Spectre d'activité bactérienne: 
Les concentrations critiques séparent les souches sensibles des souches de sensibilité intermédiaire, et ces dernières, des résistantes : S < 5 mg/l et R > 4 mg/l. La prévalence de la résistance acquise peut varier en fonction de la géographie et du temps pour certaines espèces. Il est donc utile de disposer d'informations sur la prévalence de la résistance locale, surtout pour le traitement d'infections sévères. Ces données ne peuvent apporter qu'une orientation sur les probabilités de la sensibilité d'une souche bactérienne à cet antibiotique

* Espèces sensibles :
- Aérobies à Gram + : Bacillus cereus, Corynebacterium diphteriae, enterocoques. Rhodococcus equi, staphylococcus méticilline - sensibles, staphylocoques meticilline-résistants, sterptococcus B, sterptococcus non groupable, Streptococcus pneumoniae, Streptococcus pyogenes.
- Aérobies à Gram - : Bordetella pertussis, Branhamella catarrhalis, campylobacter, legionella, moraxella.
- Anaerobies : actinomyces, bacteroides, eubacterium, mobiluncus, pepto-streptococcus, Porphyromonas, Prevotella, Propionibacterium acnes.
- Autres : Borrelia burgdorferi (maladie de Lyme), coxiella, chlamydiae, leptospires, Mycoplasma pneumoniae, Treponema pallidum.
* Espèces modérément sensibles (In vitro de sensibilité Intermédiaire) :
- Aérobies à Gram - : Haemophilus, Neisseria gonorrhoeae.
- Anaérobies : Clostridium perfringens.
- Autres : Ureaplasma urealyticum.
* Espèces résistantes :
- Aérobies à Gram + : Corynebacterium jeikeium, Nocardiaasteroides. 
- Aérobies à Gram - : acinetobacter, entérobactéries, Pseudomonas.
- Anaérobies : fusobacterium.
- Autres : Mycoplasma hominis Condi.

Voir aussi:

The subscriber's email address.